À propos / About

Les recherches sur les inégalités sociales et leur répercussion biologique sont au cœur des sciences humaines et sociales. Ce n’est que très récemment qu’il a été établi que les conditions économiques et sociales des humains affectaient aussi fortement leur santé tout au long de leur vie. Au début du XXIe siècle, le Centre pour la santé de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a cherché à sensibiliser les décideurs et professionnels de santé publique aux déterminants sociaux de la santé. Les inégalités sociales reflètent en effet les modes de vie et se répercutent de façon inéquitable sur des états de santé ou selon la place de l’individu dans la société. Ainsi, par exemple, la différence de l’espérance de vie en France entre cadres et ouvriers est actuellement de 6 ans, et atteint même 10 ans quand on considère une espérance de vie sans incapacité. Les personnes en bas de l’échelle sociale sont au moins deux fois plus exposées au risque de maladie grave ou de décès prématuré que ceux situés en haut de l’échelle.

Qu’en était-il dans les populations anciennes ? Quelles que soient l’époque ou l’aire géographique envisagées, le sujet est régulièrement débattu par les archéologues et les anthropologues. Puisque l’environnement économique et social des individus impacte l’alimentation et la santé, la question des inégalités peut être abordée en utilisant les données paléo-ostéologiques recueillies par l’archéologie. De nos jours, le développement de l’archéologie préventive sur le territoire français permet de mettre au jour, chaque année, des milliers de squelettes humains de toutes périodes, véritables documents de première main pour appréhender, de façon dynamique, les modes de vie anciens. La confrontation des données issues des observations ostéométriques, pathologiques ou encore des analyses isotopiques sur les restes osseux, vise à caractériser l’état sanitaire de ces sociétés. Des hypothèses peuvent alors être formulées sur les inégalités qu’elles véhiculaient et des comparaisons avec des sociétés contemporaines sont possibles.

Ce carnet Hypothèses, développé dans le cadre d’une bourse postdoctorale Marie Sklodowska-Curie reçu pour le projet AIDE (Archaeology, Inequalities and DiEt : Archaeology assisted by stable isotopes), se propose de fournir des données bibliographiques sur le sujet des inégalités, des pistes sur les recherches en cours et les profils de chercheurs et de personnels travaillant sur le sujet. Il s’agit d’un outil au service de la communauté scientifique qui s’intéresse à cette problématique.


Research on social inequalities and their biological repercussions are key to the humanities and social sciences. It is only very recently that it had established that the economic and social conditions of humans also strongly affect their health throughout their lives. At the beginning of the 21st century, the World Health Organization (WHO) Centre for Health sought to raise public health policy makers’ and professionals’ awareness of the social determinants of health. Social inequalities reflect lifestyles and have an inequitable impact on health status or on the individual’s place in society. For example, the difference in life expectancy in France between managers and workers is currently 6 years, and even reaches 10 years when life expectancy without disability is considered. People at the bottom of the social ladder are at least twice as exposed to the risk of serious illness or premature death as those at the top.

What was the situation in ancient populations? Regardless of the time period or geographical area considered, the subject is regularly debated by archaeologists and anthropologists. Since the economic and social environment of individuals impacts diet and health, the question of inequalities can be addressed using paleo-osteological data collected by archaeology. Currently, the development of preventive archaeology on the French territory allows us to discover, each year, thousands of human skeletons from all periods, real first-hand documents to understand, in a dynamic way, ancient ways of life. The comparison of data from osteometric and pathological observations or isotopic analyses of bone remains aims to characterize the health status of these societies. Hypotheses can then be formulated on the inequalities that they conveyed and comparisons with contemporary societies are possible.

This Hypotheses booklet, developed within the framework of a Marie Sklodowska-Curie postdoctoral fellowship received for the AIDE project (Archaeology, Inequalities and DiEt : Archaeology assisted by stable isotopes), aims to provide bibliographic data on the subject of inequalities, leads on current research and profiles of researchers and staff working on the subject. It is a tool for the scientific community interested in this issue.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search