Les soins dentaires au XVIIe siècle dans l’aristocratie

En archéologie, l’état de santé bucco-dentaire révèle des informations invisibles sur le reste du squelette. L’étude de la dentition d’Anne d’Alègre, dont le squelette a été retrouvé lors d’une fouille en 1988, a dû attendre plus de 30 ans pour bénéficier des outils d’analyses les plus performants et dévoiler enfin tous ses secrets dans la revue internationale Journal of Archaeological Science : Reports.

La dentisterie moderne au service de l’archéologie

Détail de la prothèse sur l’incisive centrale d’Anne d’Alègre/ Crédit A Galibourg/ CAGT (UMR 5288) et CHU Rangueil

La parodontite, qui touche actuellement une personne sur cinq dans le monde, se caractérise notamment par la destruction des tissus soutenant les dents. Les images radiologiques par Cone Beam, une technique radiographique en 3D, montrent ici l’association d’une maladie parodontale et d’un traitement thérapeutique inapproprié, voire dévastateur pour la patiente : le port d’une prothèse dentaire en ivoire remplaçant une incisive, soutenue sur les dents voisines par des fils d’or, ainsi qu’une ligature de contention sur les prémolaires. Si l’objectif de ces soins était destiné à limiter les conséquences fonctionnelles et esthétiques de la perte de dents, son utilisation à long terme, ainsi que les multiples resserrages nécessaires, ont entraîné l’instabilité des dents voisines porteuses. L’édentement observé sur le côté gauche de la mâchoire, conjugué à des usures dentaires, indiquent une telle prise en charge thérapeutique et la perte définitive des dents voisines dont une molaire.

Anne d’Alègre, témoin des guerres de religions à la fin du XVIIe siècle

La jeunesse d’Anne d’Alègre, aristocrate provinciale huguenote née vers 1565, se déroule entre l’Auvergne et la Normandie. Elle connait une vie trépidante et mouvementée, connectée à la grande Histoire. Après un bref premier mariage avec Paul de Coligny, dernier comte de Laval, la voici veuve à 21 ans et mère d’un tout jeune enfant, François de Coligny dit Guy XX de Laval. Le pays est alors plongé dans sa huitième guerre de religion et les ultra-catholiques, menés par la famille des Guise et soutenus par le roi Henri III, sont très populaires, anti-Huguenots et, plus prosaïquement, veulent accaparer les possessions du comte de Laval. Anne cache alors son fils, mais ses biens et sa tutelle lui sont confisqués par le roi de France. Treize ans plus tard, alors qu’elle retrouve la jouissance de sa fortune, Anne d’Alègre se remarie avec Guillaume IV d’Hautemer, gouverneur de Normandie et de plus de 30 ans son aîné. Son fils s’est entre-temps converti au catholicisme, part en croisade, mais décède prématurément en Hongrie en 1605, à l’âge de 20 ans. Ses obsèques ne seront célébrées qu’en 1609, après trois ans de conflits entre catholiques et protestants autour de sa dépouille. Le douaire d’Anne d’Alègre est très réduit, la plupart des possessions des Laval lui échappant encore une fois. De nouveau veuve à seulement 43 ans, les bruits d’un troisième mariage amusent alors le Tout-Paris. Organisatrice de réunions mondaines et à l’affût de nouvelles modes luxueuses, Anne d’Alègre est décrite comme l’une des premières « à rouler carrosse » pour se rendre au prêche le dimanche. Au cours de l’hiver 1618-1619, elle tombe malade et décède à Paris à 54 ans. Dans la chapelle du château de Laval cette huguenote sera inhumée à l’écart des autres comtes. Les squelettes d’Anne d’Alègre et de son fils Guy XX sont aujourd’hui conservés au Musée des Sciences de Laval.

Prise de vues photographiques du crâne d’Anne d’Alègre par l’équipe d’odontologie du CAGT (UMR 5288) et CHU Rangueil de Toulouse/ Crédit R Colleter/Inrap

Les soins comme marqueur social

Dans l’article paru dans Journal of Archaeological Science : Reports, archéologues et médecins montrent, à partir de l’étude des dents, les conséquences fonctionnelles de l’important stress qu’a subi Anne d’Alègre au cours de sa vie, comme les longues périodes de veuvages, sa présence au cœur des dangereux conflits politiques entre protestants et catholiques et la perte prématurée de son fils unique. Les chercheurs proposent que l’objectif du traitement était thérapeutique, esthétique et surtout sociétal. Ainsi, l’étude montre l’importance de garder une apparence soignée pour les femmes aristocrates. Ces dernières sont en effet soumises à de fortes contraintes dans une société patriarcale où on les cantonne volontiers à la sphère privée : mariage et maternité. Les critères essentiels de leur appréciation sont alors les bonnes mœurs et la fortune, leur beauté est stéréotypée par de nombreux clichés. L’apparence de la personne est ainsi un élément social essentiel où santé physique et mentale apparaissent liés. Ambroise Paré, médecin du Roi et contemporain d’Anne d’Alègre, note d’ailleurs que si le malade est édenté et défiguré, son discours devient également dépravé. On comprend mieux alors pourquoi il était capital pour Anne d’Alègre de reconstruire son apparence par la pose d’une prothèse malgré des conséquences dévastatrices. Par ces éléments, cette étude améliore notre compréhension des compromis que les gens faisaient dans le passé entre la santé et les attentes de la société. Si l’association entre apparence et caractère remonte à l’époque classique avec la théorie des humeurs d’Hippocrate et Galien où l’équilibre des fluides corporels était censé déterminer à la fois votre santé et votre teint, ce n’est qu’à la Renaissance, que les gens en sont venus à croire qu'”une belle apparence [était] un signe de bonté intérieure, un gage par lequel nous pouvons reconnaître la beauté de l’âme”.

Portrait d’Anne d’Alègre modifié / Crédit Le Chronographe, Nantes Métropole

Pour aller plus loin

Colleter, R., Galibourg, A., Treguier, J., Guiavarc’h, M., Mare, É., Rigaud, P.-J., Destruhaut, F., Telmon, N., and Maret, D. (2023). “Dental care of Anne d’Alègre (1565–1619, Laval, France). Between therapeutic reason and aesthetic evidence, the place of the social and the medical in the care in modern period”. Journal of Archaeological Science: Reports, 103794. 10.1016/j.jasrep.2022.103794.

Colleter, R., Charlier, P., and Tréguier, J. (2011). “Les derniers jours des comtes de Laval. Étude ostéo-archéologique des restes de Guy XX et d’Anne d’Alègre”. In Actes du IIIe Colloque International de Pathographie, P. Charlier, éd. (De Boccard), pp. 449–500.

France Culture, Carbone 14, Anne d’Alègre : point de vue, images d’outre-tombe

Blog Scientifique de Marlisa den Hartog, université de Leyde, aux Pays-Bas


Pour citer ce billet

☛ “Les soins dentaires au XVIIe siècle dans l’aristocratie”, par Rozenn Colleter. Publié sur Archéo-anthropologie des inégalités sociales le 24 février 2023. Lien : https://archeoinega.hypotheses.org/?p=786



Citer ce billet
Rozenn Colleter (2023, 24 février). Les soins dentaires au XVIIe siècle dans l’aristocratie. Archéo-anthropologie des inégalités sociales. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bcdv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search