Régimes alimentaires et stratification sociale dans le nord de l’Espagne médiévale

Compte rendu d’une étude isotopique dans le nord de l’Espagne médiéval de P. Pérez-Ramallo et al. (2022), Stable isotope analysis and differences in diet and social status in northern Medieval Christian Spain (9th–13th centuries CE) publiée dans Journal of Archaeological Science: Reports

Fig. 1. Sites étudiés (rouge : nouvelles données ; vert : sites de comparaison).

Patxi Pérez-Ramallo et ses collaborateurs analysent dans cet article les données de dix sites du nord de péninsule ibérique provenant des royaumes chrétiens médiévaux de Castille, d’Aragon et de Navarre (figure 1). Leur objectif est d’observer les changements alimentaires dans les différentes strates socio-économiques suite à l’expansion chrétienne après la défaite du califat des Omeyyades et d’étudier l’impact de la croissance des réseaux urbains et de la mise en place des nouvelles structures politiques au cours de cette période.

Si les archives historiques fournissent quelques indications sur cette thématique, elles sont comme toujours biaisées, renseignant davantage les élites laïques et/ou religieuses. Les recherches archéobotaniques et archéozoologiques fournissent aussi des informations détaillées sur les ressources utilisées, mais n’éclairent pas vraiment l’alimentation selon les groupes socio-économiques. Aussi, l’analyse des isotopes stables apparaît alors comme une méthodologie intéressante pour étudier ces différences de régime alimentaire dans la péninsule ibérique médiévale.

Les auteurs comparent ainsi des personnages historiques, des communautés urbaines et rurales. Au total, 40 restes humains et 32 restes fauniques datant du IXe au XIIIe siècle sont analysés et comparés aux données existantes issues des mêmes régions.

Des différences claires et significatives sont observées suivant les groupes avec notamment des valeurs de δ15N plus élevés parmi les élites et populations urbaines qu’ailleurs (figure 2). Quels que soient les sites ou groupes socio-économiques, le δ13C est relativement homogène et suggère un régime alimentaire dominé par des ressources végétales de type C3. Les différences dans le δ15N indiquent, quant à eux, des contributions variables de protéines animales, terrestres, poissons d’eau douce ou/et marins. Les valeurs moyennes d’azote se classent selon un cline où les valeurs les plus élevées concernent d’abord les sujets désignés comme appartenant aux élites, puis les résidents urbains et enfin ceux issus des zones rurales, suggérant un accès de moins en moins important aux protéines animales et/ou d’eau douce.


Fig. 2. Répartition des valeurs en Carbone et azote des sujets étudiés (en rouge : les élites sociales ; en bleu foncé : les sites urbains ; en vert : les sites ruraux ; en grisé : la faune) (crédits : Pérez-Ramallo et al. 2022, fig.4)

En comparant ces nouvelles données avec d’autres individus et sites médiévaux considérés comme ayant soit un statut social élevé, soit issu de milieu urbain, les valeurs δ15N et δ13C sont plus hautes et suggèrent également des régimes alimentaires riches en protéines animales. Malgré les variances alimentaires liées aux différences religieuses, ethniques ou socio-économiques, les sujets musulmans synchrones possèdent des valeurs isotopiques proches des communautés urbaines observées. Les auteurs rappellent pour finir que d’après les archives historiques, les souverains musulmans contrôlaient les prix de la viande pour permettre une consommation par toutes les couches sociales.


Bibliographie / Pour aller plus loin :

Alexander, M.M., Gerrard, C.M., Gutierrez, A., Millard, A.R., 2015. Diet, society, and economy in Late Medieval Spain: stable isotope evidence from Muslims and Christians from Gandía, Valencia. Am. J. Phys. Anthropol. 156, p. 263–273 <http://dx.doi.org/10.1002/ajpa.22647>

Alexander, M.M., Gutiérrez, A., Millard, A.R., Richards, M.P., and Gerrard, C.M. (2019). Economic and socio-cultural consequences of changing political rule on human and faunal diets in medieval Valencia (c. fifth–fifteenth century AD) as evidenced by stable isotopes. Archaeological and Anthropological Sciences 11, 3875–3893. <https://doi.org/10.1007/s12520-019-00810-x>

Jordana, X., Malgosa, A., Casté, B., and Tornero, C. (2019). Lost in transition: the dietary shifts from Late Antiquity to the Early Middle Ages in the North Eastern Iberian Peninsula. Archaeol Anthropol Sci 11, 3751–3763. <https://doi.org/10.1007/s12520-019-00777-9>

López-Costas, O., and Müldner, G. (2016). Fringes of the empire: Diet and cultural change at the Roman to post-Roman transition in NW Iberia. American Journal of Physical Anthropology 161, 141–154. <https://doi.org/10.1002/ajpa.23016>

García, L.M. (2008). Pobres, pobreza y asistencia en la Edad Media hispana. Balance y perspectivas. Medievalismo 67–107. <https://revistas.um.es/medievalismo/article/view/91641>


Pour citer ce billet

☛ “Régimes alimentaires et stratification sociale dans le nord de l’Espagne médiéval”, par Rozenn Colleter. Publié sur Archéo-anthropologie des inégalités sociales le 27 avril 2022. Lien : https://archeoinega.hypotheses.org/?p=605



Citer ce billet
Rozenn Colleter (2022, 27 avril). Régimes alimentaires et stratification sociale dans le nord de l’Espagne médiévale. Archéo-anthropologie des inégalités sociales. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bcdt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search