Dimorphisme sexuel dans deux populations musulmanes médiévales d’Espagne

Compte-rendu de l’article de D. Charisi, Z. Laffranchi et S.A. Jiménez-Brobeil (2016), Sexual dimorphism in two mediaeval Muslim population from Spain publié dans HOMO – Journal of Comparative Human Biology

Les trois auteurs de cet article abordent la question du dimorphisme sexuel (les différences morphologiques entre les hommes et les femmes adultes) chez les humains. Beaucoup d’études anthropologiques, comme celle de Gray et Wolfe (1980), Murail (2005), ou encore Bruzek (2002) se sont intéressées à ce sujet et des variations de dimorphisme sont observables selon les différentes populations. Ici, deux populations musulmanes, vivant en Espagne durant le Moyen-Âge, sont analysées. Les résultats abordés dans cet article concernent les populations de deux nécropoles du Moyen Âge de la périphérie de Grenade (Espagne) : celle de la ville de Grenade nommée Sahl Ben Malik et le cimetière rural de La Torrecilla, à Arenas Del Rey (figure 1).

Fig 1. Localisation des sites

La nécropole de Sahl Ben Malik a mis au jour 66 individus (27 hommes et 39 femmes) ayant vécu autour des XIIe-XVe siècles, dans une ville dense où la production artisanale et commerciale était très développée. À La Torrecilla, 72 individus datés entre les XIIIe et XVe siècles ont été étudiés (41 hommes et 31 femmes). Il s’agit d’un village d’agriculteurs à plus faible densité, où la population aurait un statut social beaucoup moins privilégié. Ces populations voisines de 30 km partagent la même religion et sont globalement contemporaines. Elles ont été comparées afin de déterminer si les différences, notamment du milieu de vie (urbain ou rural), se répercutent sur le corps humain à travers un dimorphisme sexuel et notamment leur format.

L’étude s’intéresse ici seulement aux adultes dont les mesures sont possibles et n’ayant pas de pathologies osseuses pouvant influencées les résultats. Sept os longs et 28 mesures constituent la base de données de ces auteurs pour évaluer le degré de dimorphisme sexuel de ces populations. Un rapport des valeurs moyennes femmes/hommes exprimé en pourcentage, l’indice de dimorphisme sexuel (ISD), a été calculé pour chaque échantillon. Plus les valeurs approchent de 100 %, moins le dimorphisme sexuel est important. Dans les différents tableaux présentés, la moyenne des données pour les hommes est toujours supérieure aux moyennes des données des femmes, les résultats des ISD étant systématiquement inférieurs à 100 %. Cependant, et même si toutes les différences enregistrées ne sont pas significatives, le degré de dimorphisme sexuel est davantage prononcé dans les échantillons de La Torrecilla que dans ceux de Sahl Ben Malik.



Fig. 2. Restitution des statures de Sahl Ben Malik et La Torrecilla à partir des équations de Ruff et al. 2012

Alors que ces deux échantillons partagent les mêmes facteurs environnementaux et probablement aussi génétique, il semble que le dimorphisme sexuel soit plus important en milieu rural, à La Torrecilla, qu’à Grenade à la même époque. De manière générale, les femmes de Sahl Ben Malik sont plus grandes que celle de La Torrecilla (la moyenne d’un humérus pour les femmes de Salh Ben Malik est de 30,2 cm alors que celui des femmes de la Torrecilla ne mesure que 28,3 cm), alors que les hommes font quasiment la même taille dans les deux populations. Les auteurs expliquent ce résultat par une différenciation sexuelle très marquée dans les sociétés musulmanes avec des femmes vivant en ville davantage actives socialement et professionnellement, notamment pour le travail de la soie, qu’à la campagne (Fierro et al. 1989). Le milieu de vie (rural ou urbain) aurait donc une incidence sur le développement et le degré de dimorphisme sexuel chez l’homme. Au-delà des seules conditions topographiques, le milieu socio-économique (la richesse, la classe sociale) ou encore le régime alimentaire (Alexander et al. 2015) (une alimentation plus variée en ville et plus riche en protéines selon son origine sociale) sont également des points clé jouant dans le degré de dimorphisme sexuel.

Ce récent article est intéressant et important pour le traitement du dimorphisme sexuel tant ces études sont peu abondantes. Les données précises sont exposées dans le corps du texte par le biais de nombreux tableaux et graphiques. Les auteurs s’appuient sur les mesures des os bruts afin de ne pas être dérangés par les biais découlant des calculs des statures. Cependant, et à des fins de comparaisons plus faciles, une évaluation finale des statures de ces deux populations aurait été bienvenus (figure 2). La comparaison des deux sites et les conclusions tirées sont surtout intéressantes pour le dimorphisme entre femmes : la fibula mesure en moyenne 34,1 cm pour les femmes de Sahl Ben Malik contre 32,5 cm pour celles de La Torrecilla. Le dimorphisme sexuel apparait ici comme une piste intéressante pour mettre en évidence le milieu de vie de ces populations (urbain ou rural) et pourrait alors être un bon révélateur des inégalités sociales du passé.


Bibliographie / Pour aller plus loin :

Alexander, M.M., Gerrard, C.M., Gutierrez, A., Millard, A.R., 2015. Diet, society, and economy in Late Medieval Spain: stable isotope evidence from Muslims and Christians from Gandía, Valencia. Am. J. Phys. Anthropol. 156, p. 263–273 <http://dx.doi.org/10.1002/ajpa.22647>

Bruzek, J. (2002). A Method for Visual Determination of Sex, Using the Human Hip Bone. American Journal of Physical Anthropology 117, 157–168 <https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/ajpa.10012>

Fierro, I., 1989. La mujer en el Corán y el Hadiz. In: Viguera, M.J. (Ed.), La mujer en Al-Andalus: Reflejos históricos de su actividad y categorías sociales. Actas de las V Jornadas de Investigación Interdisciplinaria. Seminario de Estudios de la Mujer, Madrid, p. 35–51

Gray, J.P., Wolfe, L.D., 1980. Height and sexual dimorphism of stature among human societies. Am. J. Phys. Anthropol. 53, p. 441–456 <https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/ajpa.1330530314>

Murail, P., Bruzek, J., Houët, F., and Cunha, E. (2005). DSP: a tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variability in hip-bone measurements. Bulletins et Mémoires de La Société d’Anthropologie de Paris 167–176 <http://bmsap.revues.org/1157>

Ruff, C.B., Holt, B.M., Niskanen, M., Sladék, V., Berner, M., Garofalo, E., Garvin, H.M., Hora, M., Maijanen, H., Niinimäki, S., et al. (2012). Stature and body mass estimation from skeletal remains in the European Holocene. American Journal of Physical Anthropology 148, 601–617 <https://keithcchan.com/anthropomotron/#stature>


Pour citer ce billet

☛ “Dimorphisme sexuel dans deux populations musulmanes médiévales d’Espagne“, par Alexane Thiesset. Publié sur Archéo-anthropologie des inégalités sociales le 16 février 2022. Lien : https://archeoinega.hypotheses.org/465


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search