Mort, inégalités sociales et répercussions

Compte-rendu de l’ouvrage de David A. Ansell (2017). The Death Gap: How Inequality Kills, University of Chicago Press, 235 p.

Le médecin et épidémiologiste David A. Ansell a observé la population américaine pendant près de quarante ans le long de la même avenue, Ogden, à Chicago (Illinois) depuis les Hôpitaux John Cook Country et le Centre Hospitalier de l’Université de Rush. Ce premier est sans doute l’hôpital le plus connu des États-Unis puisqu’il a servi de cadre à la série TV Urgences entre 1990 et 2009. En 2011, Ansell avait publié une « biographie » de ses patients et collègues intitulé County: Life, Death, and Politics at Chicago’s Public Hospital, sorte de collection de récits médicaux surréalistes où il montrait bien que la pratique du dumping tue. Pour prendre en charge les personnes exclues du système de santé, il proposait déjà une « assurance-maladie nationale à payeur unique » permettant l’accès aux soins à l’ensemble des résidents américains, indépendamment de leur situation économique. Son sujet était déjà celui des inégalités en matière de santé aux États-Unis, sujet d’ailleurs bien illustré sur la couverture de l’ouvrage en question.

Dans ce deuxième ouvrage (réactualisé en 2021 avec la crise du SRAS-CoV), l’auteur veut traiter les inégalités comme une maladie, pour la guérir voire l’éradiquer. Pour une lecture plus facile et plus personnifier, il base son discours sur des histoires de vie de ses patients et collègues puis les analyse à la lumière de données chiffrées plus globales, à l’échelle de Chicago, d’autres villes américaines ou de son pays. En tant que témoin direct de ces vies brisées, il souhaite se placer dans les pas de Friedrich Engels qui décrivait déjà, au 19e siècle, les conditions sociales et de santé désastreuses de la classe ouvrière anglaise. En tant que médecin et épidémiologiste social, il cherche à expliquer le monde qui l’entoure comme le faisait le médecin allemand Rudolf Virchow, père de la médecine sociale, décrivant ainsi que le typhus de la Silésie était le résultat d’un manque de démocratie, sous-entendant un lien politique à l’épidémie et pas seulement une déficience médicale. David Ansell dénonce les arguments sociaux et culturels qui ont été avancés pour expliquer ou excuser ces écarts et met à nu la violence structurelle (racisme, exploitation économique et discrimination) qui est réellement condamnable.

Dans la première partie, l’« American Roulette », l’auteur montre que selon l’endroit où l’on vit, selon sa couleur de peau (le terme de « race » est employé par l’auteur), on meurt plus ou moins rapidement. La persistance des inégalités dans la vie américaine n’est pas le résultat d’événements aléatoires, de mauvais choix ou de malchance ; la violence est structurelle (racisme, exploitation économique et discrimination). Il montre que les écarts de santé entrainent chaque année la mort prématurée de 3 200 américains noirs à Chicago et estime ce chiffre à 60 000 sur l’ensemble du territoire américain. Il compare ce chiffre aux conséquences du 11 septembre et la mort de 3 000 américains dans les tours du World Trade Center, à l’origine de nombreuses réactions politiques et d’une guerre.

Dans la deuxième partie, « Trapped by inequity », il montre que les catastrophes naturelles, les conditions carcérales, les migrations frappent avant tout les personnes les plus faibles mais entrainent parfois des réactions et réponses insoupçonnées (bien que trop souvent tardives).

La troisième partie, « Health Care inequality », est un plaidoyer contre le système de santé américain actuel où le fossé entre riche et pauvre semble infranchissable. Les espérances de vie à la naissance selon les revenus dans les secteurs communautaires de Chicago fluctuent de 85 ans pour le quartier d’affaire du Loop à 69 ans pour celui de West Garfield Park à seulement sept stations de métro du premier (figure 1). Il montre encore une fois que l’absence de carte d’assurance maladie tue.

Fig. 1 : Différence d’espérance de vie à la naissance le long de la ligne de métro à Chicago

Fig. 2 : Rapport balistique de Laquan McDonald tué par la police par 16 impacts de balles le 20 octobre 2014 à Chicago

La dernière partie, « The cure » propose un traitement, des solutions. En démontrant tout au long de l’ouvrage que la biologie, les comportements individuels, la culture ou le manque de chance ne sont pas suffisants pour expliquer les inégalités de santé, il soutient qu’elles sont le fruit délibéré de politiques publiques et économiques. Depuis 2000, le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté aux USA a ainsi doublé, passant de 7,2 à 13,8 millions de personnes. On assiste parallèlement à une concentration de ces personnes dans certains espaces urbains : un afro américain sur quatre et un tiers des latino-américains vivent dans un quartier extrêmement pauvre alors que la géographie de la pauvreté des personnes blanches est beaucoup plus diffuse. Il propose que les personnels soignants s’engagent en prenant la parole, révélant les carences et trouvant des moyens pour changer les choses (par exemple en ne tenant pas compte des critères d’assurances pour soigner les gens, comme le stipule d’ailleurs le serment d’Hippocrate et la déclaration de Genève) et que l’ensemble de la société considère la santé dans un véritable droit humain pour tous.

Bien qu’indispensable à la lecture, les données et la démonstration de l’auteur ne sont pas novatrices ; ces inégalités sont déjà décrites et dénoncées depuis de nombreuses années et continuent de susciter l’indignation, sans réel changement à ce jour. Mais les nombreuses anecdotes et la personnification des protagonistes permettent cependant une lecture aisée de l’ouvrage et les illustrations, rares, mais pertinentes, éclairent bien le propos. Le rapport d’autopsie de Laquan McDonald, tué par la police par 16 impacts de balles, illustre par exemple bien une de ces pratiques discriminatoires institutionnalisées (figure 2). Malgré une note d’optimisme en fin d’ouvrage, l’actualisation des données dans une réédition revue et augmentée (2021, couverture bleu avec un nouveau bandeau « An urgent demand to restructure cour national values »), notamment en lien avec la pandémie actuelle, montre malheureusement une aggravation de la situation. La publication est inspirante pour rechercher des déterminants aux inégalités du passé. Par exemple, le stress, notamment lorsqu’il devient chronique, est ainsi souvent mentionné dans l’ouvrage puisqu’il produit une altération biologique et un vieillissement prématuré de la personne. Les marqueurs de stress utilisés en archéo-anthropologie pourraient alors être des déterminants efficients pour tracer les inégalités du passé. Tout comme les indicateurs de violence, les espérances de vie, les maladies en générales…


Pour aller plus loin / Ressources vidéos sur le sujet

How Inequality Kills. Conférence TEDxChicago, juin 2018

How Inequality Kills: Doctors, Hospitals and the American Death Gap


Pour citer ce billet

☛ “Mort, inégalités sociales et répercussions”, par Rozenn Colleter. Publié sur Archéo-anthropologie des inégalités sociales le 09 février 2022. Lien : https://archeoinega.hypotheses.org/423



Citer ce billet
Rozenn Colleter (2022, 9 février). Mort, inégalités sociales et répercussions. Archéo-anthropologie des inégalités sociales. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bcdq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search