Dix mille ans d’inégalité. Vers une archéologie des différences de richesse

Compte rendu de Kohler T.A. et Smith M.E. (2018). Ten Thousand Years of Inequality: The Archaeology of Wealth Differences (University of Arizona Press).

La publication de Ten Thousand Years of Inequality en 2018 coïncide avec le débat des sénateurs américains sur l’opportunité de supprimer « l’Obama-care », mesure emblématique du précédent quinquennat à l’origine d’une petite redistribution des richesses dans l’un des pays, les États-Unis, les plus inégalitaires de la planète selon le coefficient de Gini (indice de 0,85 en 2010). L’absence de remise en perspective historique et d’utilisation d’indices appropriés au débat sur les inégalités motivent alors les anthropologues et archéologues américains Timothy Kohler et Michael Ernest Smith pour nous livrer un outil de réflexion remarquable axé sur la méthodologie et des études comparatives bien documentées, l’ensemble en accès libre sur internet : https://www.jstor.org/stable/j.ctt20d8801.

L’ouvrage regroupe une dizaine de contributions. Le premier chapitre est une formidable synthèse historiographique sur les inégalités. Tout en posant les définitions des inégalités, des ressources et de qualité de vie, les auteurs tentent de comprendre les origines des inégalités sociales, leurs persistances et les facteurs expliquant leurs variations au cours du temps et de l’espace. Les ressources et les modes de production, la taille de la population, les complexités institutionnelles et technologiques apparaissent comme des éléments clés à la création puis au maintien de ces inégalités. La comparaison entre les sociétés de chasseurs-collecteurs, d’horticulteurs et agriculteurs intensifs illustrent bien l’importance de la gestion des surplus, de la redistribution, de la bureaucratie et du contrôle des dirigeants. Selon les réponses données par les institutions socio-économiques, collectivistes ou autocratiques, les sociétés seront alors plus ou moins égalitaires (figure). Michael Ernest Smith et ses collaborateurs démontrent aussi dans ce chapitre liminaire que la stabilité climatique inhérente à l’Holocène a sans doute été un des facteurs déterminants à l’augmentation des ressources en termes de quantité et de prévisibilité, entrainant certainement une réduction des migrations, une croissance démographique et la possibilité de l’accumulation d’objets. Si le coefficient de Gini semble être un indice de choix en termes de praticité, les auteurs appellent aussi à la plus grande vigilance des archéologues pour alimenter leurs données, chaque étape du processus de transformation des données de terrain soulevant des considérations méthodologiques importantes. Pour finir, si le niveau des inégalités parait avoir beaucoup varié dans le temps, il ne semble pas que ce soit forcément un phénomène continu sur le temps long. Les inégalités seraient par ailleurs variables d’une région à l’autre, d’une culture à l’autre.



Distribution des indices de Gini selon les pratiques agricoles et des types d’habitat. En rouge, le score médian, la boite délimite les premiers quartiles, soit 50 % des résultats et le trait vertical, la dispersion des valeurs maximales et minimales.

Le deuxième chapitre, écrit par Christian Peterson et Robert Drennan, passe en revue les questions méthodologiques à l’usage du coefficient de Gini en archéologie. Bien qu’il s’agisse au départ d’un indice utilisé par les économistes, les auteurs valident son extrapolation aux données archéologiques. Cependant, ils les mettent en garde sur la lecture des résultats observés qui reflètent davantage des différences de degré et de type d’inégalité (« differenciation ») que de simples inégalités de richesse. Ce coefficient peut alors être utilisé pour rechercher des inégalités de santé (paramètres biologiques), de richesse ou, plus communément en archéologie, de prestige (paramètres fondés sur les artefacts). Leurs exemples se basent sur la comparaison de trois établissements néolithiques du nord de la Chine et d’un ensemble préhispanique d’Amérique latine (Colombie, 1000 BC) grâce aux assemblages d’artefacts domestiques issus de fosses de rejet. Selon la prise en compte de tel ou tel type de mobilier, les résultats des scores de Gini diffèrent radicalement, ce qui pose la question de leur valeur et du degré de détail de ces enquêtes pour que les comparaisons entre sites aient un sens.

Le troisième chapitre est conduit par Rahul Oka et ses collaborateurs qui proposent un nouvel estimateur, le CAI, combinaison rigoureuse de plusieurs indices de Gini. Leur démonstration s’appuie sur la comparaison d’un cas ethnographique (des réfugiés de Kakuma au Kenya) avec trois études de cas archéologiques (deux ports sur l’Océan indien : Chaul, 300-1800 BC et Mtwapa, 800-1800 BC et une population du début de l’âge du Bronze du Levant, Numayra, Jordanie). Si l’objectif est ici de prendre en compte le maximum de variables matérielles disponibles, les auteurs soulignent que le résultat ne peut être considéré comme une mesure absolue de l’inégalité et ne peut donc pas être utilisé seul pour catégoriser les sociétés du passé. Pour eux, l’intérêt de leur estimateur est sa capacité dynamique à inclure un grand nombre de variables et donc de contribuer au débat en analysant des tendances sur le temps long.

La publication regroupe ensuite plusieurs chapitres détaillant des études de cas amérindiens. Anna Marie Prentiss et ses collaborateurs (chapitre 4) s’appuient ainsi sur le complexe des pêcheurs-collecteurs de Bridge River en Colombie-Britannique (Canada) qu’ils comparent au village Makah d’Ozette (État de Washington, USA). Timothy Kohler et Laura Ellyson (chapitre 5) examinent plus en détail l’exemple des sociétés Pueblos d’Arizona (USA) en comparant les cultures Chaco et Mesa Verde sous le prisme de la taille des maisons et des aires de stockage durant 800 ans. Matthew Paile (chapitre 6) explore quant à lui l’émergence des inégalités chez les Hohokam du bassin de Phoenix (Arizona), grâce notamment à l’examen des systèmes d’irrigation sophistiqués établis pendant plus de 1000 ans. Il démontre que les inégalités n’ont pratiquement pas changé au cours du temps, renforçant l’idée selon l’auteur que seule la production de surplus pourrait déterminer la création de concentration de richesse. Il montre également qu’il n’existe pas de règle universelle selon laquelle une hiérarchisation politique entraînerait nécessairement une augmentation significative de l’inégalité économique. Alleen Betzenhauser (chapitre 7) construit ensuite un raisonnement sur les paramètres de la surface au sol, de l’espace de stockage, de la concentration des artefacts et de la topographie de l’espace urbain (emplacement des structures) du grand Cahokia dans la région du Mississippi (Illinois, USA) en comparant les phases Lolhmann (1050-100 BC), Stirling (1100-1200 BC) et Moorehead/Sand Prairie (1200-1400 BC). Elle propose de lire dans l’indice de Gini, plutôt que des inégalités, une standardisation et une uniformisation des styles architecturaux. Elle montre également le poids de l’échantillonnage, les résultats pouvant être différents selon les paramètres pris en compte.

Les travaux d’Amy Bogaard et de ses collaborateurs (chapitre 8) quittent l’Amérique pour comparer les inégalités de richesse et les systèmes agraires de la Mésopotamie septentrionale semi-aride (extensifs) avec le sud-ouest de l’Allemagne (plus intensifs) du Néolithique à l’âge du Fer. Son objectif est d’explorer le rôle de la morphologie des établissements agricoles avec des modèles de centralisation différents pour comprendre à la fois les changements agro-écologiques et les disparités de richesse. La combinaison de méthodes archéologiques et économiques met ici en avant le rôle de la main-d’œuvre et des techniques agricoles sur la production et l’urbanisation (exploitation en jardin vs champs). Les auteurs insistent sur la nécessité de démêler ces différents facteurs pour construire des hypothèses plus plausibles et multifactorielles sur les inégalités.

Dans le chapitre 9, Elizabeth Stone travaille sur le développement de cités complexes en Mésopotamie du sud. Elle associe les textes cunéiformes à partir du 3e millénaires, aux monuments publics, privés et aux sépultures pour comparer les documentations funéraires et domestiques, et enquêter sur l’émergence des inégalités du passé. Si les fouilles sont plutôt anciennes, datant des années 1930, les images satellites Quickbird prises au moment de l’invasion américaine de 2003 en Irak complètent selon elle efficacement les données archéologiques. Il apparait que la région, berceau de l’urbanisme avec de nombreux sites majeurs occupés pendant des millénaires, montre également des interruptions de peuplement assez fréquentes, résultat d’une combinaison de déplacements des cours d’eau et d’alliances politiques fluctuantes. L’auteur s’appuie sur la taille des maisons, des cours/places et l’aspect qualitatif et quantitatif des objets funéraires. Elle interprète différemment les écarts de scores de Gini observés entre les habitations et les biens funéraires : la distribution de la taille des maisons pourrait être comparée à la distribution des revenus, alors que les biens funéraires reflèteraient davantage une valeur ostentatoire et les croyances, plus difficiles à interpréter.

Grâce à l’étude diachronique de la vallée préhispanique d’Oaxaca (Mexique) deux millénaires (1100-800 AD et 200-800 BC), Gary Feinman et ses collaborateurs (chapitre 10) démontrent que les inégalités peuvent s’exprimer à des degrés variables, ce qui implique la nécessité d’observer plusieurs paramètres en même temps pour démontrer une tendance. Les auteurs arrivent à remettre en question l’aspect systématique coercitif/despotique des États archaïques puisqu’ils mettent en évidence des faibles scores Gini. Selon eux, les inégalités de pouvoir n’auraient donc pas nécessairement des répercussions sur la répartition des ressources et la qualité de vie de la population.

Localisation des sites.

En conclusion de leur ouvrage (chapitre 11), les auteurs insistent sur les aspects méthodologiques qu’ils ont développés pour travailler sur les inégalités de richesse sur le temps long (description des contextes, choix critique et éclairé des marqueurs) et profitent des différents calculs de Gini effectués à partir des tailles des maisons pour comparer l’ensemble des résultats. Ils détaillent ici les conclusions de leur article paru dans Nature. Les auteurs retiennent sept paramètres pour caractériser l’augmentation des inégalités de richesse : (1) la stabilité climatique, (2) l’augmentation de la taille des groupes ou de la densité de population, (3) la diminution de la mobilité, (4) la rareté des ressources transmissibles, (5) le développement des normes de propriété privée ou collective, (6) la surproduction et (7) la présence d’institutions de gouvernance coercitive. Les indices de Gini les plus élevés (Heuneburg et Kahun en Allemagne à l’âge du Fer) caractérisent une mobilité sociale rare qui sape le tissu social des démocraties et limite fortement la durée de vie de la cité (moins de 200 ans). Les niveaux de violence les plus élevés surviennent en général à la fin des périodes où les inégalités sont les plus importantes (Mesa Verde). Globalement, ces études montrent également que les seules forces qui ont réussi à niveler les inégalités sont toujours des bouleversements et catastrophes majeures (guerres de mobilisation de masse, révolutions transformatrices, effondrement des États ou encore pestes catastrophiques).

Ce livre est une démonstration éclairante et passionnante de la nécessité pour l’archéologie de s’emparer des grandes questions d’actualité et de les contextualiser de manière quantitative et comparative. Il est crucial aujourd’hui que les archéologues apportent aussi leur diagnostic en testant ces méthodes.


Sommaire de la publication

Smith, M.E., Kohler, T.A., and Feinman, G.M. (2018). Studying Inequality’s Deep Past. In Ten Thousand Years of Inequality, M.E. Smith, and T.A. Kohler, eds. (University of Arizona Press), pp. 3–38. <https://www.jstor.org/stable/j.ctt20d8801.4>

Peterson, C., and Drennan, R. (2018). Letting the Gini Out of the Bottle: Hazards of Measuring Inequality Archaeologically. In Ten Thousand Years of Inequality: The Archaeology of Wealth Differences, (Orlando, Florida: University of Arizona Press), pp. 39–66. <https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.5https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.5>

Oka, R.C., Ames, N., Chesson, M.S., Kuijt, I., Kusimba, C.M., Gogte, V.D., and Dandekar, A. (2018). Dreaming Beyond Gini: Methodological Steps Toward a Composite Archaeological Inequality Index. In Ten Thousand Years of Inequality: The Archaeology of Wealth Differences, (Orlando, Florida: University of Arizona Press), pp. 67–95. <https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.6>

Prentiss, A.M., Foor, T.A., and Murphy, M.-M. (2018). Testing Hypotheses About Emergent Inequality (Using Gini Coefficients) in a Complex Fisher-Forager Society at the Bridge River Site, British Columbia. In Ten Thousand Years of Inequality, T.A. Kohler, and M.E. Smith, eds. (University of Arizona Press), pp. 96–129. <https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.7>

Kohler, T.A., and Ellyson, L.J. (2018). In and Out of Chains?: The Changing Social Contract in the Pueblo Southwest, AD 600–1300. In Ten Thousand Years of Inequality, T.A. Kohler, and M.E. Smith, eds. (University of Arizona Press), pp. 130–154. <https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.8>

Pailes, M. (2018). Steady Inequality in Changing Times: An Examination of Regional Patterns in Hohokam Structure Data. In Ten Thousand Years of Inequality, T.A. Kohler, and M.E. Smith, eds. (University of Arizona Press), pp. 155–179. <https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.9>

Betzenhauser, A. (2018). Exploring Measures of Inequality in the Mississippian Heartland. In Ten Thousand Years of Inequality, T.A. Kohler, and M.E. Smith, eds. (University of Arizona Press), pp. 180–200. <https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.10>

Bogaard, A., Styring, A., Whitlam, J., Fochesato, M., and Bowles, S. (2018). Farming, Inequality, and Urbanization: A Comparative Analysis of Late Prehistoric Northern Mesopotamia and Southwestern Germany. In Ten Thousand Years of Inequality, T.A. Kohler, and M.E. Smith, eds. (University of Arizona Press), pp. 201–229. <https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.11>

Stone, E.C. (2018). The Trajectory of Social Inequality in Ancient Mesopotamia. In Ten Thousand Years of Inequality, T.A. Kohler, and M.E. Smith, eds. (University of Arizona Press), pp. 230–261. <https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.12>

Feinman, G.M., Faulseit, R.K., and Nicholas, L.M. (2018). Assessing Wealth Inequality in the Pre-Hispanic Valley of Oaxaca: Comparative Implications. In Ten Thousand Years of Inequality, T.A. Kohler, and M.E. Smith, eds. (University of Arizona Press), pp. 262–288. <https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.13>

Kohler, T.A., Smith, M.E., Bogaard, A., Peterson, C.E., Betzenhauser, A., Feinman, G.M., Oka, R.C., Pailes, M., Prentiss, A.M., Stone, E.C., et al. (2018). Deep Inequality: Summary and Conclusions. In Ten Thousand Years of Inequality, T.A. Kohler, and M.E. Smith, eds. (University of Arizona Press), pp. 289–318. <https://doi.org/10.2307/j.ctt20d8801.14>


Pour citer ce billet

☛ “Dix mille ans d’inégalité. Vers une archéologie des différences de richesse”, par Rozenn Colleter. Publié sur Archéo-anthropologie des inégalités sociales le 26 janvier 2022. Lien : https://archeoinega.hypotheses.org/374



Citer ce billet
Rozenn Colleter (2022, 26 janvier). Dix mille ans d’inégalité. Vers une archéologie des différences de richesse. Archéo-anthropologie des inégalités sociales. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bcdp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search