Liens entre l’alimentation, DISH et hiérarchie sociale.

Compte rendu d’une étude isotopique du couvent moderne des carmélites d’Alost (Belgique) : Quintelier K. et al. 2014. Isotopic examination of links between diet, social differentiation, and DISH at the post-medieval Carmelite Friary of Aalst. Belgium. Am J Phys Anthropol. 2014;153(2):203–13

Kim Quintelier et ses collaborateurs publient dans American Journal of Physical Anthropology une reconstruction des profils alimentaires d’une quarantaine de sujets de la fin du XVe siècle à la fin du XVIIIe siècles. Ils proviennent de différents espaces d’inhumations (église, galeries et jardin du cloître) du couvent des Carmélites d’Alost (province de Flandre orientale, Belgique). Puisque les XVIe et XVIIIe siècles sont marqués en Europe par de profonds changements socioculturels, économiques, religieux et géopolitiques, les auteurs suggèrent que l’étude des régimes alimentaires pourrait être une belle opportunité pour appréhender la vie quotidienne de cette population. L’analyse isotopique compare alors des laïques, religieux selon leur classe sociale, sexe, âge, mais aussi les lésions pathologiques observées. Ainsi, quelques squelettes présentant une hyperostose idiopathique diffuse (DISH), affection associée à des régimes alimentaires riches en protéines animales et/ou en calories et à l’obésité.

En 2014, les données sur les isotopes stables du collagène osseux de séries historiques étaient encore peu fréquentes. Le signal isotopique mesuré dans le collagène osseux reflète les apports alimentaires moyennés sur au moins la dernière décennie de la vie. La combinaison de ces résultats avec l’analyse macroscopique des restes humains, animaux et végétaux, ainsi que l’étude des artefacts liés à l’utilisation de la nourriture, peut créer une image plus claire des habitudes alimentaires d’une société. Pour des périodes un peu plus précoce, Polet et Katzenberg ont examiné une communauté cistercienne de Koksijde, sur la côte flamande, et mis en évidence un mélange de ressources terrestres et marines dans leur consommation (Polet et Katzenberg, 2003). Les différences intra-populationnelles à Koksijde ont été expliquées par le prisme du statut social des sujets puisque des valeurs δ13C et δ15N plus élevées ont été observées chez les individus enterrés dans des zones privilégiées du cloître, espace très probablement réservées aux classes supérieures de la société.

L’hyperostose squelettique idiopathique diffuse (DISH) est une affection assez facile à diagnostiquer sur les restes archéologiques, elle est plus fréquente chez les personnes âgées de plus de 40 ans et elle touche plus d’hommes que de femmes. Pourtant, on sait encore peu de choses sur l’étiologie de cette affection même si l’une des théories les plus répandues est qu’elle est causée par un régime riche en protéines ou en calories. Dans la littérature clinique, la DISH a été associée à un certain nombre de facteurs de risque, notamment l’obésité, l’hyperinsulinémie avec ou sans diabète sucré de type 2, l’hypertension, la maladie coronarienne et des taux élevés d’acide urique, de lipides ou d’hormone de croissance. En archéologie, cette pathologie est souvent décrite chez les populations monastiques du passé, et un régime alimentaire riche en calories et en protéines animales.

L’étude de Kim Quintelier et ses collaborateurs se base sur l’analyse des rapports isotopiques stables du carbone et de l’azote de 39 individus sur un total de 238 squelettes (25 hommes dont 10 porteurs de DISH et 14 femmes) et réparti dans les trois espaces funéraires fouillés. Pour une meilleure compréhension du contexte trophique des données isotopiques humaines, plusieurs d’échantillons d’animaux terrestres contemporains (n = 15) et provenant de zone de rejets ont également été analysés. Il s’agit d’os de bovins, de moutons et de porcs alors que les données isotopiques des os de poissons proviennent du bassin voisin de l’Escaut et de la mer du Nord dans une autre étude.

Comme attendu, de nettes différences sont observées entre les humains, les mammifères terrestres, les poissons d’eau douce et les poissons marins. Les femmes ont des valeurs isotopiques du carbone et de l’azote significativement plus basses que les hommes atteints ou non de DISH. Les sujets inhumés dans le jardin du cloître ont les résultats les plus appauvris en δ13C et sont significativement différents de ceux enterrés dans l’église. Tout comme les valeurs isotopiques de Londres et de York, les résultats d’Alost sont remarquablement similaires aux données des sites de la fin du Moyen Âge issues de Belgique et dans d’autres pays entourant le sud de la mer du Nord comme l’Angleterre ou le Danemark. Ces données suggèrent une continuité dans les habitudes de consommation urbaine, notamment avec une importante consommation de poissons marins.

Du point de vue des inégalités, des différences reflétant des divisions sociales genrées sont observés entre les régimes alimentaires des hommes et des femmes. Les hommes présentent une plus grande variabilité isotopique, mais avec en moyenne des valeurs δ13C et δ15N plus élevées que celles des femmes. Au contraire les femmes présentent des régimes alimentaires moins variés avec moins de produits animaux et marins. Les auteurs nuancent cette observation en rappelant qu’il n’a pas été possible de distinguer clairement les populations laïques et cléricales sur la base des observations de terrain et que les caractéristiques spécifiques du régime alimentaire des frères ont très bien pu contribuer aux différences observées entre les données masculines et féminines. Parallèlement, les archives historiques et les preuves archéozoologiques sur ce même site démontrent la consommation de viande et de poisson marin en grande quantité. En analysant les données selon l’endroit où le squelette a été exhumé, et à l’exception d’un seul homme, tous les individus enterrés dans le jardin du cloître ont des valeurs isotopiques significativement plus basses que les autres, indiquant que leur régime alimentaire comprenait peu, voire pas du tout, de protéines marines. En revanche, aucune différence n’est rapportée pour les autres espaces, église ou galerie. Les sujets porteurs de DISH se rencontrent davantage dans la galerie du cloître et dans l’église, c’est-à-dire dans la zone de sépulture les plus privilégiées et celle qui regroupaient sans doute le plus de sépultures de frères. Les hommes atteints de DISH ont des résultats δ13C et δ15N légèrement élevés par rapport aux autres, mais sans différence statistiquement significative.

Si ces résultats ont des parallèles avec d’autres données modernes, ils attestent surtout d’une remarquable continuité avec les modèles alimentaires médiévaux. Cette étude, bien que limité à un faible échantillonnage suggère bien que les changements sociaux et économiques du début de la période moderne ont eu un effet limité sur la vie quotidienne du point de vue alimentaire. Elle montre également le potentiel des études isotopiques pour travailler sur les inégalités du passé, tant pour des problématiques genrées que des catégories sociales.


Bibliographie / Pour aller plus loin :

Polet C, Katzenberg MA. 2003. Reconstruction of the diet in a mediaeval monastic community from the coast of Belgium. J Archaeol Sci 30: 525– 533. <http://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0305440302001838>

Castells Navarro, L. 2018. DISH Everywhere: Study of the Pathogenesis of Diffuse Idiopathic Skeletal Hyperostosis and of its Prevalence in England and Catalonia from the Roman to the Post-Medieval Time Period. PhD Thesis of Philosophy. University of Bradford. <http://hdl.handle.net/10454/17166>


Pour citer ce billet

☛ “Liens entre l’alimentation, DISH et hiérarchie sociale”, par Rozenn Colleter. Publié sur Archéo-anthropologie des inégalités sociales le 18 janvier 2022. Lien : https://archeoinega.hypotheses.org/356


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search