“Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse”

Compte rendu de la publication de Priscille Touraille, “Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse. Les régimes de genre comme force sélective de l’évolution biologique”, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2008.

Priscille Touraille, docteur en anthropologie sociale au CNRS travaillant sur les questions de genre en biologie et sciences sociales et sur la nutrition, aborde dans cette publication la question de la différence de stature entre les hommes et les femmes et elle défend l’idée que cette différence n’est pas seulement due à des causes biologiques, mais cela serait le fruit d’une construction sociale et culturelle. Elle veut comprendre les mécanismes qui font que ce dimorphisme sexuel de taille existe, mais aussi, quels sont les avantages dont bénéficient ces hommes et femmes. L’auteure essaie donc de démontrer que ces différences de statures ne sont pas purement naturelles et qu’il existe un paradoxe. En effet, en termes de biologie, les femmes les plus grandes sont prédisposées à survivre plus facilement (à engendrer plus d’enfants…), mais en même temps, les pratiques culturelles imposées par la société ont un impact négatif sur les statures des femmes, les poussant à ne pas se développer au maximum.

Dans l’introduction, l’auteure pose les bases de sa recherche, s’attarde sur les définitions des notions importantes pour comprendre son propos, elle explique la manière dont elle va orienter son discours et commence par faire un historique où elle expose les divers débats et retrace les théories qui entourent le sujet (en essayant d’être le plus objectif et de nuancer le propos, elle n’hésite pas à critiquer certaines théories comme celle d’Alexander et collaborateurs -1979- par exemple). Priscille Touraille poursuit cet historique dans la première partie de son œuvre. Elle replace dans le contexte les différents axes de recherches sur les dimorphismes sexuels depuis les premières études sur l’évolution de Charles Darwin au XIXe siècle. Elle essaie de retranscrire les idées directrices de chaque courant de pensée, en s’appuyant sur toutes les sciences existantes, qui ont analysé cette problématique (anthropologie, biologie, paléoanthropologie…). Trois théories sont développées, celle de Charles Darwin, où il explique la différence entre la sélection naturelle et la sélection sexuelle (Darwin 1999). La sélection naturelle fait référence à la théorie selon laquelle les individus les moins aptes ne survivent pas et laissent moins de descendants que ceux qui ont les capacités de survivre. La sélection sexuelle, quant à elle, concerne les avantages liés exclusivement à la reproduction qu’ont certains individus de même sexe et de même espèce. Darwin conclut que les plus grands mâles sont ceux qui sont le plus sélectionnés. La seconde théorie est celle de Richard Alexander sur les sociétés polygames où les compétitions entre mâles seraient plus marquées et donc où ils seraient plus avantageux d’être de grandes statures (théorie contrée par d’autres recherches, notamment de Phyllis Eveleth, 1975). Et enfin la troisième théorie, celle de David Frayer (1980) s’intéresse à la division du travail selon le genre. Les idées principales de cette première partie concernent la notion d’avantage : à qui ce dimorphisme profite et sur quel plan (reproductif ou de survie) ? Mais il est également question de l’importance de la culture à travers les problématiques de la notion de travail genrée et enfin de l’importance du choix des femmes dans la sélection des mâles (pour leur capacité, leur protection…). L’augmentation de la stature des hommes peut être due à une pression de sélection (compétition entre hommes, choix des femmes ou pratique culturelle comme la chasse).

Dans la seconde partie, l’auteure aborde les questions de nutrition, de l’importance de l’alimentation et des besoins énergétiques dans la croissance des individus, mais également des avantages dits reproductifs pour les femmes grandes (un enfant qui a de meilleures chances de survie, un taux plus bas de mortalité en couches…). C’est aussi dans cette partie que sont évoquées les limitations nutritionnelles, liées aux régimes genrés évoqués précédemment. La petite stature des femmes pourrait trouver son explication dans la pratique culturelle de l’accessibilité limitée aux ressources gérées par les hommes. Lors de ces pratiques, les petites femmes seraient plus avantagées étant donné qu’elles ont des besoins nutritionnels moins élevés. Dans cette partie, l’accent est davantage mis sur les pressions de sélection sur les femmes et la domination dont les hommes font preuve.

Enfin, la troisième et dernière partie s’interroge plus sur les coûts engendrés par ces adaptations. Le sujet de la nutrition est repris, mais l’auteure va plus loin en s’intéressant aussi aux questions obstétriques, en évoquant le thème de la reproduction, des grossesses… et en soulignant l’importance de la stature dans la mortalité maternelle. L’évolution de la stature du genre Homo sapiens lié à la réduction du canal d’accouchement et à l’adaptation du bassin féminin est aussi au cœur du débat. Il y a également l’idée que plus une femme est de petite stature, plus elle sera apte à procréer rapidement, elles ont moins de besoins nutritionnels durant la grossesse et l’allaitement (même si ce sont les femmes les plus grandes qui ont de meilleures chances de survie) et plus les hommes sont grands, plus ils sont efficaces dans la propagation de leurs gènes. Enfin, l’auteure revient sur la question principale de l’œuvre : pourquoi ce dimorphisme sexuel de stature existe-t-il entre les hommes et les femmes ? Les facteurs culturels, notamment celui de l’alimentation est cité. L’accès à la nourriture impacterait les statures des femmes et d’autant plus lorsque celles-ci seraient enceintes. L’accès des enfants à la nourriture est également un point important. Un enfant bien nourri dès sa naissance a plus de chance d’être en forme et d’avoir une stature plus imposante une fois adulte.

Tout cela permet de comprendre que la part culturelle dans les sociétés est importante, au point d’avoir le pouvoir de façonner les corps et d’inscrire biologiquement les dimorphismes sexuels de statures dans le génome. Les pratiques culturelles arrivent à s’inscrire dans les sciences. Cela se répercute dans l’évolution de l’Homme, et même encore aujourd’hui avec des femmes en moyenne plus petites que les hommes. Il n’est pas seulement question d’hérédité, l’environnement joue un rôle important dans la croissance de la taille. Les femmes de petites statures ont été favorisées dans les sociétés, elles seraient un compromis d’adaptation entre reproduction et survie, avec une procréation plus rapide, moins de besoins nutritionnels…

J’ai trouvé ce livre très intéressant, il permet de reprendre toutes les bases des recherches sur le sujet et est assez facile à lire car les termes techniques sont expliqués. Il permet également d’explorer de nouveaux concepts. Certains passages sont parfois un peu long, mais cela reste intelligible. Cependant, ce livre reçoit de nombreuses critiques, surtout quelques années après la publication, car il est jugé non scientifique. C’est le point faible de cette œuvre, il manque de preuves scientifiques, il y a seulement des théories et hypothèses de l’auteure. Bien qu’il soit publié en 2008, le sujet reste d’actualité. C’est un sujet féministe qui trouve son écho dans le grand public, notamment ces dernières années, étant donné qu’il évoque les conséquences de la domination, du monopole des hommes et de l’inégalité des sexes (dans la différence d’accès alimentaire). Les hypothèses de Priscille Touraille montrent que les femmes sont socialement et culturellement désavantagées par rapport aux hommes. Ces suppositions permettent de regarder la science avec un nouveau regard, en prenant en compte la culture dans la sélection.


Pour aller plus loin / bibliographie :

Alexander, Richard D., John L. Hoogland, Richard D. Howard, Katharine M. Noonan & Paul W. Sherman. (1979). Sexual Dimorphisms and Breeding Systems in Pinnipeds, Ungulates, Primates, and Humans. Dans N. A. Chagnon et W. Irons, Evolutionary Biology and Human Social Behavior: An Anthropological Perspective (p. 402–435). North Scituate, Massachussetts : Durbuy Press.

Darwin, Charles. (1999). La filiation de l’homme et la sélection liée au sexe. Éditions Syllepse. (Sciences humaines & sociales).

Eveleth, P. B. (1975). Differences between Ethnic Groups in Sex Dimorphism of Adult Height. Annals of Human Biology , 2 (1), 35–39. <https://doi.org/10.1080/03014467500000541>.

Frayer, David W. (1980). Sexual Dimorphism and Cultural Evolution in the Late Pleistocene and Holocene of Europe. Journal of Human Evolution, 9 (5), 399–415. <https://doi.org/10.1016/0047-2484(80)90050-0>.

Kleiner, Véronique (réalisation). (2013). « Grand et petite », 9 vidéos sur Le blob. Point du Jour, PICTA productions, CNRS IMages, CNDP, Universcience. <https://leblob.fr/series/grand-et-petite>.


Pour citer ce billet

☛ “Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse”, par Alexane Thiesset. Publié sur Archéo-anthropologie des inégalités sociales le 7 janvier 2022. Lien : https://archeoinega.hypotheses.org/325


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search