Des disparités de richesse plus importantes en Eurasie qu’en Amérique du Nord et Méso-Amérique depuis le Néolithique

Compte rendu de l’article de Timothy A. Kohler et al. (2017)

Kohler, T.A., Smith, M.E., Bogaard, A., Feinman, G.M., Peterson, C.E., Betzenhauser, A., Pailes, M., Stone, E.C., Prentiss, A.M., Dennehy, T.J., et al. (2017). Greater post-Neolithic wealth disparities in Eurasia than in North America and Mesoamerica. Nature 551, 619-622. https://doi.org/10.1038/nature24646

Cet article publié dans Nature en 2018 a été une véritable « bombe » à la fois dans le milieu de la recherche sur les inégalités, mais aussi en archéologie. Grâce à Timothy Kohler et son équipe, des données chiffrées sur l’évolution des inégalités depuis la préhistoire sont maintenant disponibles sur les continents américains et Euro-asiatiques. Il s’agit d’une démonstration claire de l’apport incontestable de l’archéologie sur l’analyse du temps long, ici presque 10 000 ans, et de l’intérêt de la discipline pour des problématiques très actuelles.

Avec de tels articles, l’archéologie ne peut dorénavant plus être considérée comme une science auxiliaire de l’histoire ou une simple histoire illustrée de l’humanité. Les archéologues se saisissent ici d’un indicateur économique, le coefficient de Gini, pour calculer les disparités de richesses au cours du temps ou plus précisément le degré de concentration de telle ou telle observation/paramètre au sein d’une population. Les scores de Gini vont de l’égalité totale (0), où tous les ménages ont la même quantité, à la concentration totale (1), où un ménage possède presque tout le revenu ou la richesse. Si le procédé n’est pas nouveau en archéologie puisque quelques études utilisant cet index datent du début des années 1980, l’analyse est ici transculturelle et diachronique.

Plutôt que de reposer sur une chronologie linéaire et commune de l’évolution, les auteurs fondent leurs réflexions à partir de la domestication des plantes, année 1 de leurs travaux. S’ensuit alors une comparaison pertinente entre l’ancien et le nouveau Monde (fig. 1) et la lecture de tendances similaires, une faible augmentation des inégalités, sur les 2 000 premières années observées (fig. 2). Si la courbe se tasse ensuite en Méso-Amérique et Amérique du Nord, les observations sont tout autres à partir de 5 000 ans dans l’ancien Monde où les inégalités se développent à une croissance exponentielle.



Fig. 1 : Localisation des sites utilisés dans l’article pour calculer des indices de Gini.

Fig. 2 : Évolution du coefficient de Gini à partir de la domestication des plantes et des animaux (chronologie relative)
. Kohler et al., 2017.

À partir de la taille des maisons connues sur 62 sites archéologiques, essentiellement répartis dans l’hémisphère nord, les auteurs montrent que les disparités de richesse augmentent (i) avec la domestication des plantes et des animaux et (ii) avec l’augmentation de l’échelle sociopolitique, des systèmes plus complexes et plus autocratiques. Ils suggèrent que la différence observée entre l’Eurasie et l’Amérique du Nord/Méso-Amérique serait liée à la plus grande disponibilité de grands mammifères (bovidé, équidé, etc.) pouvant être domestiqués dans l’ancien Monde, notamment parce que ces animaux permettaient le développement d’une agriculture plus intense et plus rentable, engendrant elle-même l’essor d’une élite, dont une élite montée.

Ces deux schémas montrent ainsi clairement des développements différents d’un côté à l’autre de l’océan Atlantique, bien que, depuis, le nouveau Monde ait bien rattrapé son retard. En arrêtant la chronologie à 6 000 ans après la révolution néolithique, avec le village autochtone de Makah d’Ozette dans l’État de Washington, qui n’avait pas connu les premiers Européens, les auteurs s’affranchissent des effets de la mondialisation, de l’industrialisation et du capitalisme des derniers siècles.


Pour aller plus loin

Cet article a déjà fait l’objet d’un article dans The Conversation paru en janvier 2018 par Michelle Elliott.


Pour citer ce billet

☛ “Des disparités de richesse plus importantes en Eurasie qu’en Amérique du Nord et Méso-Amérique depuis le néolithique. Compte rendu de l’article de Kohler T.A. et al. (2017)”, par Rozenn Colleter. Publié sur Archéo-anthropologie des inégalités sociales le 13 décembre 2021. Lien : https://archeoinega.hypotheses.org/187


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search