Inequality, Pandemics and Climate Change (Richard Wilkinson)

Transcription de l’intervention de Richard Wilkinson à l’occasion de la conférence du 27 octobre 2021 tenue en visioconférence à l’université Simon Fraser de Vancouver (Canada).

Ne manquez pas le début de la présentation avec l’accueil chaleureux de l’ainé de la nation Squamish / Xwechtaal, Dennis Joseph. Richard Wilkinson est un professeur émérite en épidémiologie sociale à l’Université de Nottingham (GB). En 2004, avec Michael Marmot, il avait développé le concept des déterminants sociaux de la santé pour l’Organisation Mondiale de la santé (Richard Gerald Wilkinson and Marmot, 2004). En 2020, il propose une nouvelle édition de son livre The impact of Inequality, un ouvrage sociologique qui retrace les relations entre l’inégalité des sociétés, le bonheur et le bien-être de leurs citoyens (Richard G. Wilkinson, 2020). Son objectif est de déterminer l’impact des sociétés inégalitaires sur la vie quotidienne des gens, à l’origine d’une mauvaise santé, de plus de conflits sociaux et de plus de violence. Dans cette conférence et dans le contexte de la COP26 qui se réunira quelques jours plus tard à Glasgow au Royaume-Uni, Richard Wilkinson insiste sur les liens entre inégalités sociétales, crise environnementale et le changement climatique actuel.

Richard Wilkinson commence sa présentation en rappelant qu’au moins 6 articles scientifiques montrent que le Covid-19 a été moins impactant dans les sociétés plus égalitaires (moins de décès, moins de cas, etc.). Les grandes infections et maladies dégénératives touchent également moins ces types de sociétés. Son premier livre, Poverty in Progress (1973), démontre l’engagement précoce de l’auteur dans cette problématique. 50 ans après, Richard Wilkinson est convaincu que l’absence de réelles avancées face à la crise climatique reflète un mélange de myopie dangereuse et d’optimiste crédule, sans tenir compte des faits maintenant clairement établies. Pire, selon lui, nous échouerons très probablement à réaliser les réductions drastiques nécessaires de nos niveaux de consommation. Ces changements à opérer dans nos modes de vie sont certainement beaucoup plus importants que ceux qui ont eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale. Nos chances d’effectuer les transitions nécessaires ne sont pas seulement entravées par l’optimisme aveugle ambiant, mais aussi par l’opinion populaire selon laquelle un réchauffement de 1,5 ou 2°C est acceptable. Et pourtant, l’augmentation actuelle de 1,1°C dans l’hémisphère sud a déjà des conséquences désastreuses (incendies, vagues de chaleur, inondations, etc.) qu’on ne peut négliger. Il se souvient de certains grands discours du journal The Guardian réimprimés il y a quelques années. Il y avait notamment un discours prononcé en juin 1940 après le retrait de Dunkerque : « We shall fight them on the beaches, fight them on the land and grounds, fight them in the fields ». Churchill n’avait pas hésité à qualifier le retrait de Dunkerque de plus grand désastre militaire de notre longue histoire en mentionnant la perte de la Belgique, l’affaiblissement des forces françaises, la perte de la capacité industrielle. Churchill n’avait pas hésité à dire la vérité et en même temps, il avait suscité un esprit de résignation et de résistance. Ce n’était pas le discours prononcé trois semaines plus tôt, dans lequel il avait dit qu’il ne pouvait offrir que « du sang, du travail, de la sueur et des larmes ». Richard Wilkinson pense que nous sommes actuellement dans une situation qui exige la même honnêteté de nos dirigeants politiques. Alors que nous sommes sur le point de commencer la conférence sur le changement climatique à Glasgow (COP26), notre situation par rapport au changement climatique est catastrophique. Pour lui, si nous voulons minimiser les dégâts, il nous faut impérativement réduire de façon très drastique et dès maintenant les inégalités.

L’augmentation des émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) depuis 1750 et depuis le début de l’industrialisation est tout simplement exponentielle, surtout depuis 1950. De plus la moitié de ces émissions ont eu lieu depuis seulement 1990 (fig. 1). Pour maintenir un réchauffement climatique en deçà de 1,5°C et quels que soient les modèles prédictifs utilisés, il faudrait réduire drastiquement et dès aujourd’hui les émissions de carbone dans l’atmosphère. Il faudrait suivre le même rythme de décroissance que pendant la pandémie alors que les émissions repartent de plus belles maintenant. Que ce soit dans les domaines énergétiques ou démographiques, nous avons largement dépassé la capacité de charge de notre planète. Au cours de l’industrialisation, la population mondiale a été multipliée par huit et le revenu par habitant par quinze. En imposant à notre environnement une production industrielle à grande échelle, il nous faudrait entre 1,6 et 1,75 planètes Terre. Nous consommons donc les réserves naturelles, les forêts, l’eau, le sol, les poissons et produisons la pollution, les plastiques, les espèces perdues et pas seulement le CO2 dans l’atmosphère. Les températures ont déjà augmenté de 4°C entre 1990 et 2016 et les émissions de gaz à effet de serre provenant de la fonte du pergélisol sont actuellement presque égales aux émissions totales de la Russie ou du Japon. Richard Wilkinson insiste sur les effets de rétroaction.

Fig. 1 : Émissions annuelles de CO2 de 1750 à 2021 à l’échelle mondiale. Données présentées par Wilkinson issues du Global Carbon Project (OurWorldData.org/co2-anf-other-greehouse-gas-emessions/, CC BY).

Alors, que nous réserve l’avenir ? De toute évidence, nous ne pouvons plus entretenir l’idée réconfortante que la longévité consiste simplement à passer à un nouveau système énergétique et à poursuivre nos modes de vie à fort impact dans le futur. Le statu quo est impossible sur le long terme. Au contraire, notre objectif doit être de créer un nouveau monde sans combustibles fossiles et dans les limites de la capacité de charge de la planète. Il faudrait revenir à un monde préindustriel, mais avec les avantages de la science moderne, et surtout beaucoup moins peuplé. Ce monde devra parallèlement faire face à des incendies, des inondations, des tempêtes, des sécheresses et des vagues de chaleur beaucoup plus fréquents et intenses, à l’élévation du niveau des mers, à de nouveaux conflits d’accès à l’eau, à la terre, à la nourriture et à d’autres ressources et à des flux de réfugiés beaucoup plus importants, provoquant des réactions politiques encore pires que celles que nous avons déjà connues.

Pour preuve qu’une plus grande égalité rend la société meilleure (avec plus d’esprit public, des gens plus coopératifs et désireux de s’entraider), Wilkinson s’appuie sur plusieurs études comportementales au regard des inégalités des revenus. Bram Lancee et Herman Van Werfhost (2012) montrent ainsi une participation plus active de la population dans les organisations bénévoles dans les sociétés où les inégalités de revenu sont les moins importantes. Les pays les plus égalitaires sont ainsi plus disposés à s’entraider, à aider les personnes âgées ou handicapées, etc. Wilkinson a pu même établir un lien entre des populations plus confiante en elles selon la répartition des revenus. Des expériences menées par Hongfei Du et collaborateurs (2021) montrent également un lien entre l’honnêteté et les inégalités. Ainsi, ils rapportent que dans les pays les plus inégaux, seuls 20 % des portefeuilles perdus sont rendus à leur propriétaire contre 80 % dans les sociétés plus égalitaires. Ce sont des sociétés plus coopératives, avec d’énormes différences dans leur éthique publique. Il existe aussi un grand nombre d’études portant sur les taux d’homicide en tant que mesure de la violence dans différents endroits du monde. Par exemple, l’étude de Martin Daly et collaborateurs (2001) montre bien que les homicides sont nettement plus importants dans les états américains inégalitaires par rapport aux provinces canadiennes plus équitables. Plus de 60 études rapportent ce genre de schémas avec des relations clairement établies entre violence et inégalité. Si ces premières études ont été publiées dans les années 1970, les seuls résultats observables aujourd’hui sont une « barricadisation » des domiciles de la population dans les sociétés les plus inégalitaires (barreaux aux portes et fenêtres, barbelés, clôtures électrifiées, voire avertissent d’une possible réponse armée en cas de franchissement) (fig. 2). Selon l’intervenant, il s’agit là d’un effondrement de la confiance, de la réciprocité, de la serviabilité, de l’esprit public dans les sociétés les plus inégalitaires. Richard Wilkinson poursuit son exposé en rappelant que les habitants des zones les plus inégalitaires sont en plus mauvaise santé, ont de moins bons résultats scolaires et présentent généralement les niveaux de violence les plus élevés. La mobilité sociale diminue. La société entière s’ossifie et la pente de la pyramide sociale devient de plus en plus raide.

Fig. 2 : exemple de « barricadisation » à Cuernavaca (Mexique) et Pretoria (Afrique du Sud) (Sources : capture écran conférence R. Wilkinson DR).

Comme le montrent Richard Layte et Christophe Whelan (2014), avec la pauvreté arrive la perte de confiance en soi. Cette anxiété vis-à-vis des autres entraine une consommation de produits manufacturés ayant pour objet d’afficher ses valeurs (voiture, smartphone, marques, etc.). Or le consumérisme est l’un des principaux obstacles à l’évolution vers la durabilité. Si ce ne sont pas simplement les différences de niveau matériel qui nuisent à la santé, c’est aussi le statut social des individus eux-mêmes. Indépendamment du niveau de vie, un statut social inférieur nuit aussi à la santé. Le fait de se sentir inférieur, d’être méprisé, de s’inquiéter de la façon dont on est vu et jugé est une forme très puissante de stress chronique, stress qui entraine un vieillissement plus rapide. À l’opposé, l’amitié basée sur la réciprocité, la mutualité, les obligations sociales, le partage et la reconnaissance des besoins de l’autre est meilleure pour la santé. Il s’agit donc de deux façons différentes d’aborder les questions environnementales actuelles : soit en se disputant les ressources, le plus fort prenant la part du lion, soit en reconnaissant les besoins de l’autre. Or qu’il s’agisse de nourriture, de logement, de partenaires sexuels, de vêtements ou d’emplois, nous avons le potentiel d’être les plus grands rivaux les uns des autres. Mais nous avons également le potentiel d’être la plus grande source de soutien, d’affection, d’assistance, d’apprentissage et d’amour les uns pour les autres. La nature des relations sociales a donc toujours été cruciale pour notre bien-être psychologique et matériel. Selon Richard Wilkinson, pendant au moins 90 % de notre existence, en tant qu’êtres humains anatomiquement modernes dotés d’un cerveau de la taille actuelle, nous avons vécu dans des sociétés étonnamment égalitaires, fondées sur le partage de la nourriture et l’échange de cadeaux. Selon l’anthropologue Marshall Sahlins « Les cadeaux font les amis et les amis font les cadeaux ». Le cadeau est le symbole que nous ne nous disputons pas l’accès aux nécessités matérielles. Wilkinson s’appuie sur l’exemple du président Macron en France souhaitant réduire les droits de douane et les impôts sur la richesse. Cette mesure considérée alors comme injuste a entrainé un soulèvement populaire sur plusieurs mois (les Gilets Jaunes) et une critique générale du système fiscal dans son ensemble. Wilkinson propose de travailler vers une société plus équitable quant au partage et à l’effort à fournir pour un réel impact sur le changement climatique. Cette notion, différente de l’égalité, prend en considération les besoins et les capacités des personnes et permet de créer un sentiment de rassemblement indispensable. De Vogli et Gimeno (2009) montrent ainsi dans une enquête menée auprès de chefs d’entreprises sur les questions liées aux réglementations environnementales, qu’ils sont beaucoup plus favorables à des accords en Finlande, Suède ou Danemark, pays à faible inégalité, contrairement au Portugal, USA ou Israël, aux inégalités plus importantes. Dans le même ordre d’idée, les pratiques de recyclage sont davantage encouragées dans les pays plus égalitaires.

Fort de ce constat, observé sur plus de 40 ans de recherches et malgré l’absence de changement sociétal, Richard Wilkinson termine alors sa conférence sur une série de propositions fortes pour créer une société plus durable : mise en place de cartes de rationnement carbonées, peut-être une politique de l’enfant unique, interdiction de la publicité. Il s’agit alors d’envisager un monde sans combustibles fossiles ressemblant aux sociétés préindustrielles, mais avec les avantages de la science moderne. Pour une société plus équitable, il propose aussi une assurance universelle contre le risque climatique, contre les hausses de prix des denrées alimentaires, la fixation d’un seuil de différence entre les revenus (peut-être 1 à 10 ou 12). En effet, le conférencier ne comprend pas pourquoi une personne peut gagner en un mois plus qu’une autre personne dans son année entière, sachant que les différences actuelles sont encore plus importantes aujourd’hui. Il faudrait enfin une réforme fiscale qui supprimerait les paradis fiscaux et lutterait contre l’évasion fiscale. En contrepartie de ces efforts, Wilkinson espère une amélioration de la qualité de nos relations sociales, plus de réciprocité, de soutien mutuel, comportements à la source du bien-être évoqué dans de nombreuses études. L’amélioration de cette qualité de vie pourrait alors nous aider à résister aux nombreux assauts que nous réserve le changement climatique.

Et l’archéologie dans tout cela ? Cette conférence ouvre des perspectives intéressantes pour rechercher les inégalités du passé et trouver des marqueurs fiables. Les fouilles archéologiques nous permettent par exemple d’appréhender des modifications architecturales dans le temps. Ainsi les profonds fossés entourant des maisons aristocratiques gauloises tranchent avec les habitats ouverts et dispersés de l’âge du Bronze. Ces importants terrassements mis en œuvre en quelques siècles indiquent sans doute à la fois le recourt à une main d’œuvre abondante et bon marché (hiérarchisation de la société) et un besoin de protection des élites (« barricadisation »). De même, d’un point de vue anthropobiologique, les marques de stress et traumatiques visibles sur des squelettes peuvent également servir de marqueurs, de nombreuses études actuelles montrant bien les corrélations entre niveaux de revenus et inégalités sociales.


Bibliographie

Alexander, Richard D., Hoogland, John L., Howard, Richard D., Noonan, Katharine M. & Sherman, Paul W. (1979). Sexual dimorphisms and breeding systems in pinnipeds, ungulates, primates, and humans. Dans Chagnon Napoleon A, Irons Willam, Evolutionary Biology and Human Social Behavior: An Anthropological Perspective (p. 402-435). North Scituate, Massachussetts: Duxbury Press.

Daly, Martin, Wilson, Margo & Vasdev, Shawn. (2001). Income Inequality and Homicide Rates in Canada and the United States. Canadian Journal of Criminology, 43 (2), 219–236. <https://doi.org/10.3138/cjcrim.43.2.219>.

Darwin, Charles. (1999). La filiation de l’homme et la sélection liée au sexe. Sciences humaines & sociales. Éditions Syllepse. <https://www.librairie-gallimard.com/livre/9782913165021-la-filiation-de-l-homme-et-la-selection-liee-au-sexe-darwin-c/>.

Du, Hongfei, Anli Chen, Peilian Chi & Ronnel B. King. (2021). Income Inequality Reduces Civic Honesty. Social Psychological and Personality Science, 12 (4), 537-543. <https://doi.org/10.1177/1948550620929495>.

Eveleth, P. B. (1975). Differences between Ethnic Groups in Sex Dimorphism of Adult Height. Annals of Human Biology, 2 (1), 35–39. <https://doi.org/10.1080/03014467500000541>.

Frayer, David W. (1980). Sexual Dimorphism and Cultural Evolution in the Late Pleistocene and Holocene of Europe. Journal of Human Evolution, 9 (5), 399–415. <https://doi.org/10.1016/0047-2484(80)90050-0>.

Lancee, Bram & Van de Werfhorst, Herman G. (2012). Income Inequality and Participation: A Comparison of 24 European Countries. Social Science Research, 41 (5), 1166-1178. <https://doi.org/10.1016/j.ssresearch.2012.04.005>.

Layte, Richard & Christopher Whelan. (2014). Who Feels Inferior? A Test of the Status Anxiety Hypothesis of Social Inequalities in Health. European Sociological Review, 30 (4), 525–35. <https://doi.org/10.1093/esr/jcu057>.

Vogli, R. de & Gimeno, D. (2009). Changes in Income Inequality and Suicide Rates after ‘Shock Therapy’: Evidence from Eastern Europe. Journal of Epidemiology & Community Health. <https://doi.org/10.1136/jech.2008.084079>.

Wilkinson, Richard G. (1973). Poverty and Progress: An Ecological Model of Economic Development. Methuen.

Wilkinson, Richard G.. (2020). The Impact of Inequality. How to make sick societies healthier. London : Routledge. 368p. <https://doi.org/10.4324/9781003060505>.

Wilkinson, Richard Gerald & Michael Marmot. (2004). Les déterminants sociaux de la santé: les faits. Deuxième édition. Copenhague: OMS Bureau régional de l’Europe. <http://www.euro.who.int/fr/publications/abstracts/social-determinants-of-health.-the-solid-facts>.


Pour citer ce billet

“Inequality, Pandemics and Climate Change (Richard Wilkinson)”, par Rozenn Colleter. Publié sur Archéo-anthropologie des inégalités sociales le 1 décembre 2021. Lien : https://archeoinega.hypotheses.org/104


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search